Rechercher

Adultère et confinement : les conjoints infidèles occupent les enquêteurs privés

Dernière mise à jour : 5 mai 2021

Cannes - Les conjoints infidèles n'ont pas soudainement interrompu leurs affaires pendant la pandémie, selon des enquêteurs privés chargés de déterrer des preuves de relations extraconjugales, et certains disent avoir vu une augmentation des affaires depuis les premiers jours du COVID-19.


Dans certains cas, les soupçons surviennent après que l’un des conjoints ai remarqué que l'autre inventait d'étranges excuses pour quitter la maison malgré les mesures de confinement. Dans d'autres, un parent divorcé commence à croire que son ex peut bafouer les mesures de santé publique et mettre ses enfants en danger.


Victor de VILLEBLANCHE, directeur d’enquête de Aquila Stratégie, cabinet de détective privé, basé à Puget sur Argens, a déclaré que son entreprise avait connu une hausse de 30% de sa clientèle en avril, un mois après que l'Organisation mondiale de la santé ai déclaré que le COVID-19 était une pandémie, et que la demande est restée stable depuis. Il semble que COVID-19 n'a pas fait grand-chose pour dissuader les personnes qui entretenaient déjà des relations secrètes, a-t-il déclaré.


«Cela rend la tâche encore plus délicate et excitante pour eux», nous renseigne monsieur de VILLEBLANCHE.


Avec les couples enfermés ensemble à la maison, il est plus facile de remarquer quand quelque chose semble louche, selon le cabinet d’enquête qui opère sur toute la France mais plus particulièrement sur la région PACA, de Toulon à Nice, sans oublier Cannes et Monaco entre autres. L’enquêteur privé constate une augmentation des appels en général.


«Ils voient les signes révélateurs», déclare Aquila Stratégie. «Ils cachent beaucoup plus leurs téléphones. Et le partenaire demande: "Si cet appel est lié au travail, pourquoi ne décroches tu pas le téléphone?"


Monsieur de VILLEBLANCHE dirige une équipe d’enquêteurs rodés. Au cœur de leur activité se traite souvent des questions de droit de la famille, comme un couple divorcé en désaccord sur la garde des enfants par exemple.


Un cabinet d’enquête proche d’Aquila Stratégie a récemment reçu un appel d’une mère divorcée qui craignait que son ex-mari ne respecte pas les restrictions du confinement. Leur fille de quatre ans a un cancer et est immunodéprimée, et la mère avait peur que son ex puisse voir d'autres personnes et exposer potentiellement l'enfant au COVID-19. Cependant, le père a déclaré qu'il s'auto-isolait à la maison avec ses parents et ne voyait personne d'autre.


Les enquêteurs ont surveillé le père et ont découvert qu'il passait du temps avec une nouvelle petite amie et assistait à un rassemblement en plein air sans masque.


Les preuves rassemblées par les enquêteurs sont souvent utilisées dans les procédures de garde, soit pendant les négociations préalables au procès, soit présentées devant un juge.


"Les cas que nous semblons avoir, c'est qu'un parent est très conscient de ce qui se passe avec la pandémie et l'autre personne est totalement égocentrique ou dans le déni". «Les gens nous appelleront donc parce qu’ils sont terrifiés par la sécurité de leurs enfants.»


Les entreprises contactent également des enquêteurs privés pour voir si les employés disent la vérité sur leur quarantaine. Dans un cas, un employeur avait des doutes sur le fait que son employé mentait au sujet de son isolement.


«Un de leurs employés a appelé en disant: 'Je suis peut-être exposé au COVID et je me met en quarantaine.' Pendant ce temps certains employés travaillent ailleurs tout en touchant leurs indemnités maladie, font des travaux chez eux, ou aménager ou prennent du bon temps », nous confie monsieur de VILLEBLANCHE.


Dans d’autres cas des propriétaires ont engagé des enquêteurs privés pour retrouver les locataires qui ont saccagé des appartements durant le confinement et qui n'ont pas payé le loyer.


«Ils nous embaucheront pour localiser ces personnes afin de les tenir responsables du paiement».


D'un autre côté, les locataires ont embauché des enquêteurs privés parce qu'ils craignaient que leur propriétaire les ait injustement expulsés pendant la pandémie tout en mentant sur le fait qu'ils n'avaient pas l'intention de louer le logement à quelqu'un d'autre. Dans ces cas, les enquêteurs privés peuvent aider à déterminer si un nouveau locataire habite dans le logement, parfois avec une augmentation du loyer.


La police partout en France a remarqué une augmentation des appels concernant les violences conjugales au cours des quatre premiers mois de la pandémie.


Il est important d’insister sur l’importance de vérifier les demandes des clients avant la prise en charge d’une affaire pour s’assurer que leurs requêtes sont légitimes et légales.


Alors que certains types d'enquêtes sont moins demandés pendant la pandémie, ces appels liés aux coronavirus ont compensé la baisse.


«C’est comme un exercice d’équilibre. Il y a eu une réduction progressive de certaines demandes, mais nous avons repris dans d'autres domaines ».


L’enquêteur privé ajoute qu'il voit plus de clients ces jours-ci qui ont une inquiétude lancinante au sujet de leur conjoint et qui, finalement, décide de consacrer du temps, de l’energie et de l'argent pour obtenir des réponses.


«Maintenant, avec la pandémie, j’ai l’impression que tout le monde s’arrête et fait un inventaire personnel et se demande:« Que se passe-t-il réellement sous mon toit?, où en sommes-nous? »

46 vues0 commentaire